Le verre Riedel

Riedel, « à chaque vin son verre »

Le verrier autrichien Riedel, héritier d’un cristallier de Bohême, est numéro un mondial du verre œnologique. Depuis 260 ans, Riedel cherche le verre à dégustation idéal, il s’est scientifiquement penché sur la question en s’entourant d’œnologues et de spécialistes. Il y’a découvert que pour exalter les arômes de chaque nectar il fallait développer un verre pour chaque vin. Depuis, les générations se sont succédées et l’Autrichien a su garder son prestige.

Il existe aujourd’hui des verres spécifiques : des verres à Bordeaux, à Bourgogne, des verres d’Alsace… inspirés la plupart du temps de l’Histoire locale. Mais le verrier tyrolien va beaucoup plus loin dans la recherche et la finesse de ses verres et ne prétend pas répondre à chaque vin. Il cible les grands crus et les dégustateurs confirmés, pour lesquels il conçoit des verres haute-fidélité, les plus prestigieux soufflés à la bouche.

© Riedel

80 verres pour la dégustation de vins et de spiritueux scientifiquement étudiés selon l’idée que la forme du verre (forme, volume, diamètre, épaisseur) détermine la manière dont le liquide arrive sur les zones de la langue et enrichit l’appréciation générale. Le sucré se sent sur le bout de la langue et c’est là que l’on reconnaît le fruit. Pour un vin fort en acidité, on opte pour un verre avec une forme qui dirige le vin sur le bout de la langue pour faire ressortir le fruit et permettre d’apprécier l’harmonie « générale » du vin. Avec un vin sucré, le fruit est plus grand que l’acidité, le vin a besoin d’un verre qui guide le flux vers les cotés de la langue, zones de sensibilité à l’acide.

Riedel propose quatre gammes complètes de verres conçus pour un seul vin. Des noms évocateurs (Grand Bourgogne blanc, Montrachet, Sauvignon blanc, Hermitage), et des classiques comme le traditionnel et incontournable « Sommeliers Bourgogne Grand Cru », le premier verre soufflé, par Claus Josef Riedel en 1958 avec une forme très précise (86€ le verre). La qualité a un prix mais c’est un atout inestimable selon Robert Parker Jr. :

« L’efficacité de ces verres pour sublimer les bons vins est considérable. Je ne saurais jamais assez souligner quel véritable plus ils apportent. »

L’héritage Riedel et le développement

L’héritier Riedel a supprimé l’utilisation du cristal au plomb (Riedel en était le plus gros utilisateur dans le monde) et fabrique maintenant ses verres en cristalline (silice sans additif au plomb). La marque s’attaque à la France et doit convaincre vignerons, sommeliers et professionnels que le contenant est aussi important que le contenu. Le géant autrichien s’appuie sur de fortes campagnes marketing et des ateliers de dégustation, pas de vins, mais de verres. Il fait déguster un vin à l’aveugle dans deux verres différents pour vendre sa devise et sa marque de fabrique « à chaque vin son verre » et reprendre du terrain sur le verre INAO plus qu’implanté en France !

En savoir plus sur Riedel : riedel.boutiquesinternet.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *