La Bourgogne, Région viticole, la Côte d’Or bis (Côte de Beaune) par l’oenologue Jean Arbogast

dv1556017

Dans cette seconde partie de l’apprentissage de la région viticole de la Côte d’Or, nous allons nous intéresser à la Côte de Beaune.

La Côte de Beaune

Sur une vingtaine de kilomètres seulement, entre Ladoix-Serrigny et le magnifique coteau des Maranges, les plus grands vins blancs secs du monde côtoient les vins rouges de grande réputation.

La renommée du vignoble de la Côte de Beaune est étroitement liée à sa capitale, Beaune, véritable siège historique et économique de la Bourgogne viticole.

beaune

Les vins du nord au sud :

Ladoix- Serrigny :

Ses meilleurs vins portent le nom d’Aloxe Corton et les autres sont vendus sous le nom de Côte de Beaune Village. Il existe un peu de Ladoix Appellation contrôlée.

– Chorey-les-Beaune :

Les vins rouges sont de qualité généralement vendus en Côte de Beaune-Villages. Ils sont souples et légers avec des arômes de fruits rouges. A boire dans les 5 ans.

Aloxe – Corton : 1 grand cru rouge et 1 grand cru blanc et 13 premiers crus

Le corton rouge superbe et généreux. Sa robe est rubis soutenue et dégage une myriade d’ arômes subtiles avec une dominance de cassis. Excellent vin de garde. Le corton charlemagne blanc d’une robe dorée aux délicats reflets verts au bouquet incomparable de cannelle, de fruits frais, bois de chêne et miel.

– Pernand-Vergelesses :

vins généralement vifs et fermes. Les vins rouges et blancs souffrent de la proximité du Corton et Corton Charlemagne. Ce sont des vins fins et élégants.

– Savigny-lès-Beaune :22 premiers crus.

Vins fins, parfumés et assez légers. Ils sont à boire rapidement.

– Beaune : 11 premiers crus.

Vins rouges, pour l’essentiel, sont légers, fruités, fins à la robe claire et très plaisant à boire. A boire rapidement.

– Pommard : 28 premiers crus.

Vins rouges charpentés, corsées, puissants, robe foncé et un bouquet qui affirme une senteur de violette. Excellent vins de garde.

Volnay : 26 premiers crus.

Uniquement des vins rouges, plus légers et plus fins que les pommards. Vins nerveux et délicats ils rappellent certains Chambolle Musigny.

Monthélie : 11 premiers crus.

  Vins rouges pour la plupart. Les premiers crus valent les volnay voisins.

Auxey-Duresses : 9 premiers crus.

Petite production aussi bien en rouge ou blanc mais peu connue. Pourtant les rouges peuvent rivaliser avec ses voisins Volnay et Monthélie.

Saint Romain :

Les vins rouges ont un bon goût de cerises mûres, les blancs sont moins racés que le Meursault  voisin mais est très agréable et fruité.

– Meursault : 18 premiers crus.

Domaine du chardonnay, les meursault se reconnaissent à leur robe doré au reflets verts, sa fraîcheur et son bouquet est incomparable aux subtiles saveurs de noisettes, avec une onctuosité fine et agréable. La production de vin rouge est vendue sous l’appellation volnay.

– Puligny-Montrachet & Chassagne-Montrachet : 5 grands crus et 11 premiers crus de Puligny (blanc) et

13 premiers crus de Chassagne (rouge et blanc). Vins blancs corsés, puissants, gras. Leur bouquet révèle un mélange harmonieux de fruits secs (noisette, amande), de pomme mûre, de fleurs blanches et de miel.Leur persistance est remarquable. Les grands crus du secteur des Montrachet offrent une impressionnante concentration de qualités des Bourgogne blancs. Vins d’une complexité aromatique incomparable. Saveur intense et persistante. Puissance, fermeté et moelleux alliés avec grâce.

Santenay & Les 3 Maranges : 12 premiers crus

Les vins rouges ont une robe foncée  un bouquet vif avec des arômes d’amande et de fraise mûre, un goût ferme, plutôt rustique avec un soupçon d’amertume d’assez bon aloi.

– Hautes Côtes de Beaune :

Vins fins, peu corsés mais très plaisants.

Côtes de Beaune :

Vins rouges secondaires très agréables. A boire rapidement.

Côtes de Beaune Villages :

désigne le coupage de différents Côte de Beaune entre eux.

Le prochain article : la Côte chalonnaise

2 réflexions au sujet de « La Bourgogne, Région viticole, la Côte d’Or bis (Côte de Beaune) par l’oenologue Jean Arbogast »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *