Histoire de la vigne

Origine de la vigne

Les vignes cultivées ou sauvages appartiennent au genre Vitis originaire, dans l’hémisphère boréal, d’une aire primitive qui a été fractionnée par la séparation des continents.
Le tronc américain comprend quelques espèces uvifères dont une seule est cultivée sur quelques dizaines de milliers d’hectares, dans l’est des États-Unis et au Canada: Vitis labrusca ou fox grape; ses raisins, qui ont un fort goût de framboise, sont dits «foxés»; ils ne sont généralement pas appréciés en Europe.

Vitis LabruscaVitis Labrusca

Les autres espèces américaines, particulièrement résistantes au phylloxéra, servent de porte-greffes: V. riparia, V. rupestris, V. berlandieri. De l’Europe au Tianshan [Tien-chan], le tronc eurasiatique n’est représenté que par une seule espèce, Vitis vinifera, alors qu’en Extrême-Orient il comprend notamment V. amurensis, dont les raisins sont cueillis sur les plantes sauvages des rives de l’Amour et de l’Oussouri, V. coignetiae, au Japon et à Sakhaline, et d’autres espèces, quelques-unes épineuses; toutes sont sensibles au phylloxéra. Des espèces résistent au froid de l’hiver (V. riparia, V. labrusca, V. amurensis); d’autres sont adaptées aux climats sans hiver (V. caribaea).

Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’isolement des espèces fut interrompu suite de l’invasion phylloxérique qui a détruit le vignoble français en un quart de siècle et qui n’a trouvé de remède que dans le greffage de V. vinifera sur les espèces américaines résistantes.

porte-greffePorte-greffe

Parallèlement, la résistance des vignes américaines aux maladies du feuillage a permis la création, par croisement avec V. vinifera, d’hybrides producteurs directs; ceux-ci remplacèrent, notamment dans les régions exposées au froid de l’hiver et au mildiou, le vignoble traditionnel.

vitis viniferaVitis Vinifera

L’étude des espèces, la sélection et la création par croisement de variétés porte-greffes et de producteurs directs, l’étude des caractères et des aptitudes des variétés ont fait l’objet de travaux considérables; l’essentiel était acquis avant 1900.

 

Viticulture

À l’état naturel, la vigne est une liane des pays chauds dont les fruits sont sans grande saveur.
La variété améliorée (Vitis vinifera) paraît dépendre étroitement des conditions climatiques. La sécheresse estivale est nécessaire au développement du raisin.
Pendant les soixante-dix jours qui précèdent la maturité, il ne doit pas se produire plus de douze jours de pluie. On a pu établir une corrélation significative entre l’indice d’aridité des mois chauds et la localisation de la vigne. Si cet indice se trouve inférieur à 20°C, les vignobles peuvent envahir les plaines basses. Au-dessus de 20°C, on n’a plus que des vignobles de coteau en position d’abri et isolés en îlots. Les températures doivent se tenir au-dessus de 18 °C pendant la période végétative. En hiver, la température moyenne du mois le plus froid ne peut descendre en dessous de — 2 °C sans préjudice pour les vignobles. Cependant, une chaleur excessive ne permet de produire que des vins sirupeux ou liquoreux. Au contraire, si les températures sont modérées, le raisin garde une part d’acidité et des principes qui donnent son bouquet au vin.

Une réflexion au sujet de « Histoire de la vigne »

  1. Bonjour, savez vous où on peut acheter des plans de vigne labrusca fox ? Merci d’avance et bien cordialement. Michèle Pandolfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *